Canon de Pachelbel – Partie 1

Johann Pachelbel

Introduction au Canon De Pachelbel

Qui ne connaît pas le fameux Canon de Pachelbel ?
Plus précisément le canon en Ré Majeur de Johann Pachelbel, dont le titre original est Canon per tre Violini e Basso. Avant toute digression sur cette oeuvre, regardez et écoutez :

Nous avons volontairement réduit le tempo (cette pièce est plus communément jouée à 64 à la noire) pour que vous puissiez entendre facilement toutes les voix. Cette partition a été réalisée par le Launceston Youth and Community Orchestra1.

Je vous conseille la lecture de l’article Wikipedia fort bien écrit au sujet de ce canon : https://fr.wikipedia.org/wiki/Canon_de_Pachelbel

Cette première partie sur le Canon de Pachelbel est fortement inspirée par cet article de wikipedia2. J’en résume ici les grandes lignes, vous pouvez regarder la vidéo à nouveau et repérer les différents éléments explicités ci-dessous.

Structure

Écrite vers 1700, cette oeuvre est, comme son nom l’indique, un canon, avec les particularités suivantes :

  • La basse continue constitue dans le canon de Pachelbel un ostinato rythmique et mélodique immuable jouant 28 fois les deux mêmes mesures d’accompagnement, très simples (une succession de noires comme le montre la vidéo) !!!
  • un thème de quatre mesures, en deux parties (a) et (b) superposables, et ses 12 variations, jouées successivement par les trois violons en décalage de deux mesures, c’est-à-dire en canon à trois voix.

L’œuvre entière est concentrée dans ces deux mesures jouées 28 fois

Le continuo

Le continuo désigne l’ensemble des instruments pour réaliser la ligne de basse. Dans la musique baroque, il s’agit en général de l’association d’un instrument grave (viole de gambe, violoncelle,..) et d’un ou plusieurs instruments polyphoniques (clavecin, orgue, luth, …).

Le violoncelle dans notre exemple joue les 8 mêmes noires formant deux mesures, d’abord seules, puis répétées 27 fois sous le canon formé par les violons, une dernière mesure étant ajoutée pour la cadence parfaite finale. L’ostinato est alors complet, à la fois rythmique et mélodique…

Ce qui peut d’ailleurs laisser de mauvais souvenirs à certains violoncellistes (à ce stade de notre article, un peu d’humour s’impose  😛 )

En musique baroque, la basse continue est une « technique d’improvisation » d’une partie à partir d’une basse chiffrée (nous n’aborderons pas le chiffrage ici, mais il permet de donner des indications sur l’harmonie désirée, à la manière des accords trouvés dans une partition moderne).

La partie de basse, dans les différents arrangements que l’on peut trouver du Canon de Pachelbel, peut alors être plus variée. Les clavecinistes réalisaient souvent leur basse en arpégeant la suite d’accords (dont nous parlerons ensuite) formant le morceau.

Cette apparente simplicité de la basse donne un caractère solennel et majestueux au morceau, tout en permettant aux différentes variations réalisées par les violons de s’exprimer pleinement, avec des motifs plus légers et plus enjoués.

Le thème et ses douze variations en canon

Le thème se divise en un antécédent (a) et un conséquent à la tierce inférieure (b) qui sont parallèles (sauf la dernière note) et harmoniquement superposables.

Partition Canon de Pachelbel

Entrées en canon des violons

Ces deux lignes mélodiques sont très simples, les variations sont ensuite plus ou moins complexes, avec un rythme à la noire et à la croche, en croches uniquement, en doubles croches et en doubles et triples croches.

Si la structure de l’oeuvre est relativement simple, il ne faut pas s’y méprendre, les variations font appel à toutes les techniques d’écriture complexes et raffinées de l’époque baroque pour donner un résultat sonore où les lignes mélodiques s’enchevêtrent de manière élégante.

Harmonie

Nous allons faire court, la progression harmonique tout au long du morceau est la suivante :

I – V, vi – iii, IV – I, IV – V

Les degrés en majuscules sont les accords majeurs de la gamme, ceux en minuscules sont mineurs.

Il s’agit d’une succession de quartes descendantes groupées par paires, sauf les deux derniers accords qui progressent en seconde ascendante (IV-V). Le cinquième degré (V) marquant la fin du thème est suivi du premier degré (I) dans la variation suivante pour former une cadence parfaite.

Voici ce que cela donne :


Retenez-bien cette progression pour notre prochain article ! Notez que si le thème du canon se trouve ici sur la voix la plus haute, la même progression harmonique peut s’écrire avec les accords en position fondamentale ou toute autre disposition :


Interprétations et partitions

Interprétations

Il est difficile de faire un choix parmi les multiples interprétations du canon de Pachelbel. Voici une petite playlist sympa, des versions très classiques mais aussi deux superbes versions électriques 🙂 Vous remarquerez que les deux versions « classiques » prennent un tempo complètement différent.

Partitions

Vous trouverez de nombreuses partitions du canon de Pachelbel pour tous les instruments en cherchant bien sur le web.

Voici mes recommandations :

Enfin toutes les partitions du Canon de Pachelbel sont disponibles ici en préécoute : partitions pachelbel.

Pour piano essentiellement, versions facile ou avancée, guitare, quartet de cuivres,etc…

Quiz sur le canon de Pachelbel

Voilà c’est la fin de cet article ! N’hésitez pas à donner votre avis et à partager.

Prochain article toujours sur le canon de Pachelbel mais un peu plus fun, vous verrez !!

  1. Canon de Pachelbel par le LYCO pour quartet de cordes : http://sheetmusic.lyco.org.au/Pachelbel%20-%20Canon%20in%20D/
  2. Article de wikipedia sur le Canon de Pachelbel :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Canon_de_Pachelbel

Creative Commons License
Introduction au Canon en Ré Majeur De Pachelbel by David Beaugrand is licensed under a Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *